Statue 2015-2016

La grandeur d’un métier est peut-être avant tout, d’unir les Hommes. Il n’est qu’un luxe véritable et c’est celui des Relations Humaines. En travaillant pour les seuls biens matériels, nous bâtissons nous-mêmes notre prison, avec notre monnaie de cendre qui ne procure rien qui vaille de vivre.”
Antoine de Saint Exupéry

L’homme moderne ne vit plus qu’en surface de lui-même une existence dénuée de sens profond. Il est dans l’anxiété, perdant ses repères et ses valeurs. Il vit dans la peur, peur que l’autre découvre ses faiblesses et ses insuffisances. Il gomme ce que la société lui reprocherait : sa sensibilité et ses émotions. Il se carapace et s’endurcit au contact des autres afin, croit-il, de paraître plus fort. Son cœur se fossilise lentement, puis son corps se fond dans une gangue de pierre.

Dans cette série « Statue » j’ai choisi l’autoportrait pour me situer au plus près de mes émotions, pour décrire un être solitaire qui se scinde en deux parts, l’une que la société a rendue froide et insensible, l’autre qui se bat et qui résiste encore pour conserver son humanité, sa chaleur. Une dualité, mi statue, mi humain.

//

Modern man only leads a superficial existence empty of a deeper meaning. His life is one of anxiety without points of reference nor values. He lives in fear terrified that one may discover his flaws. He hides his feelings fearing that society might hold them againt him. He hides in a shell, toughening at the touch of others as he believes it makes him look stronger.

His heart turns slowly into stone as does his body.

In this serie « Statue » I chose self-portrait to get in touch with my emotions as deeply as I could. I wanted to describe a lonely being split in two parts, one shaped in a cold and insensitive form by society, the second trying to fight back to keep the warmth of humanity. A half statue half human making one creature.